Les Œuvres culturelles à connaitre dans la Com

Les 100 œuvres culturelles qu’il faut connaitre quand on travaille dans la Com’

Voici LA liste complète, non-exhaustive 😉 de Peintures, Sculptures, Architectures, Artistes, Films, Personnages Historiques, etc … qu’il faut avoir vus ou connaître quand on est Communicant(e).

Bien entendu, cette liste n’est pas complète et se veut être un simple coup d’œil sur les  références minimes quasi – obligatoires car intégrées à la Culture (quelle soit Pop ou non)   pour pouvoir monter une stratégie de communication plus facilement, rebondir sur l’actualité, comprendre les autres campagnes, avoir une veille facilitée … Car ces références sont souvent reprises, détournées et utilisées dans les campagnes des plus grandes marques, comme des plus petites structures.
Elle se modifie au fil du temps (Les films de Belmondo, Wong Kar-Waï ou encore la troupe du Splendide n’en font donc pas ou plus partie bien que ces œuvres soient intéressantes).
Elle n’inclue donc pas toute la Culture nécessaire et est tout à fait discutable mais si vous n’avez pas tout vu, lu ou entendu dans cette liste, cela peut vous fournir un bon début !
Les visuels sont en fin d’article et si vous souhaitez voir encore plus d’art, c’est ici ! <– 🎨

         CINÉMA

  1. Star Wars
  2. Jurassic Park
  3. Le seigneur des anneaux
  4. Nosferatu
  5. Metropolis (1927) de Fritz Lang
  6. Quentin Tarantino (Pulp Fiction / Kill Bill)
  7. The Grudge / L’Exorciste
  8. Le MCU (Marvel Cinematic Universe)
  9. LA Série du moment (Breaking Bad, Walking Dead, Stranger Things, La Casa de Papel, Game Of Thrones, etc…)
  10. Les dents de la mer
  11. Les monstres du cinéma des année 80 : King Kong – Godzilla – Frankenstein
  12. James Bond
  13. Les Simpsons
  14. Kubrick
  15. Woody Allen
  16. Hitchcock
  17. Walter Disney
  18. Chaplin
    PEINTURE
  1. L’impressionnisme
  2. Le Surréalisme : Salvador Dali
  3. Le cri de Edvard Munch
  4. American Gothic de Grant Wood
  5. Nighthawks d’Edward Hopper
  6. Le Radeau de La Méduse de Théodore Géricault
  7. Tres de mayo de Francisco de Goya
  8. La Liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix
  9. Le Sacre de Napoléon (titre complet Sacre de l’empereur Napoléon Ier et couronnement de l’impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804 de Jacques-Louis David
  10. Léonard De Vinci
  11. Van Gogh
  12. Michel-Ange
  13. René Magritte
  14. Andy Wharol
  15. Banksy
  16. Pablo Picasso
  17. Roy Lichtenstein
  18. Keith Haring
  19. Johannes Vermeer / Rembrandt
  20. La Grande Vague de Kanagawa d’Hokusai
  21. Le Baiser de Gustav Klimt
    LITTERATURE
  1. 1984 de Georges Orwell
  2. 99F de Frédéric Beigbeder
  3. William Shakespeare
  4. Le petit Prince d’Antoine de Saint Exupéry
  5. Charles Perrault / Les frères Grimm / Hans Andersen
    PERSONNAGES / MOMENTS HISTORIQUES
  6. Les Beatles
  7. Michael Jackson
  8. Napoléon
  9. Charlemagne
  10. Louis XIV
  11. Albert Einstein
  12. le Mahatma Gandhi
  13. Jeanne d’Arc
  14. Jules César & Cléopatre
  15. Alexandre le Grand
  16. Le Dalai Lama
  17. Attila
  18. Ernesto Che Guevara
  19. Nelson Mandela
  20. Adolf Hitler
  21. La video des premiers pas sur la Lune
  22. Joseph Staline
  23. Galilée
  24. Gutenberg
  25. Le Discours « I have a Dream » de Martin Luther King
  26. La vidéo des premiers pas sur la Lune
  27. L’assassinat de Kennedy
  28. Elvis Presley
  29. Bob Marley
  30. Steve Jobs
  31. Christophe Colomb
    SCULPTURE
  1. Le penseur de Rodin
  2. La Vénus de Milo
  3. Le Mont Rushmore
  4. Jeff Koons
    ARCHITECTURE ET LIEUX ICONIQUES
  1. La Tour Eiffel
  2. Les 7 Merveilles du Mondes Antiques : jardins suspendus de Babylone, statue chryséléphantine de Zeus à Olympie, temple d’Artémis à Éphèse, La pyramide de Khéops ; Le tombeau de Mausole à Halicarnasse Le colosse de Rhodes, Le phare d’Alexandrie
  3. les 7 merveilles du mondes moderne : La Grande Muraille de Chine, Le Christ Rédempteur à Rio de Janeiro, La cité de Pétra, Le Machu Picchu au Pérou, Chichen Itza au Mexique, Le Colisée de Rome, le Taj Mahal en Inde
  4. La statue de la Liberté
  5. La Tour de Pise
  6. Les chutes du Niagara
  7. L’Opéra de Sidney
  8. Stonehenge au Royaume-Uni
  9. Le Mont Saint Michel
  10. La Cité Interdite à Pékin
  11. La Place Rouge à Moscou / Time Square à New-York / Piccadilly Circus à Londres
  12. La Sagrada Familia de Barcelone
  13. Golden Gate Bridge de San Francisco
  14. Le Panthéon
  15. Les statues Moais de l’île de Pâques
  16. La Cathédrale Notre-Dame
  17. Temple d’Angkor
    JEUX 
    VIDÉOS
  1. Sonic
  2. Mario
  3. Pokémon (Pocket Monster)
  4. Tetris
    LE NEUVIÈME ART
  1. Dragon Ball
  2. La BD franco-belge iconique : Tintin – Spirou/Lagaffe – Astérix – Schtroumpfs
    MYTHOLOGIE
  1. La Bible et ses paraboles, personnages mythiques ou historiques
  2. Mythologie Grecque
    PHOTOGRAPHIE
  1. Robert Doisneau

Bien que fortement influencée par nos propres goûts (étant amateurs de Communication) , cette liste se veut la plus objective possible. A vous de l’achalander, la compléter et la faire évoluer. Elle ne comprend pas de références musicales (les artistes étant cités en tant que personnalités)  car c’est un domaine encore plus vaste qui donnera peut-être lieu à un nouvel article 🎼

Les exemples de représentations :

 

American Gothic de Grant WoodiPod Beatles adBurger King le retour du RoiAmnesty international Iggy pop Dalai-lamaChaplin Hitler adChe Guevara ad womenCitronMan oasis iron man adEinstein Coca adGandhi ad

 

James Bond Jim Bean adJAWS adMc Do Jurassic Park PubKeith Haring ad Lucky StrikeAd VangoghKing Kong adla tour de Pise pub RenaultLe Penseur de Rodin pubLe Radeau de La Méduse pubLG Kill Bill adLouis XIV pubmagneto Airplane admario adMcDo DBZ pubMoaï AdNapoléon adNighthawks d'Edward Hopper adsOpéra de Sidney pubpenguin-shakespeare ad

 

 

 

Star Wars ad Dark VadorRoy Lichtenstein adSimpsons Dove adsmirnoff frankenstein adStonehenge adVenus de Milo adVolksWagen jackson adwwf la liberté guidnat le peuple pubFour Roses ads Rushmoredalton ads mikado

Jurassic Park 😍

Cultivons notre esprit Com’ !

Les dures lois de la Com' Communication Com'ON

Les « dures lois » de la Com’

Souvent précurseur, le milieu de la communication est occasionnellement à l’origine de nombreuses législations qui tentent de lui donner un cadre.

Les agences et enseignes doivent alors redoubler d’inventivité pour respecter les lois tout en transmettant de manière correcte leur message. <— Le singulier a son importance, un seul message, clair,  par campagne, sinon il perd de sa force et surtout de sa compréhension.

Pour bien comprendre comment utiliser à bon escient les codes de la communication et ceux de la loi, voici quelques exemples, parfois oubliés, parfois occultés de pratiques en situation.

J’ai droit, j’ai pas droit !

En Evénementiel :

« J’ai le droit de distribuer des flyers aux passants qui se montrent désireux de les recevoir sur une grande avenue piétonne de ma ville ? »

Oui, et Non… et ça dépend.

À propos du street-marketing, on s’aperçoit qu’auparavant facilement autorisé, il  l’est de moins en moins, … ou autorisé mais payant.

Chaque ville juge les règles et lieux qu’elle autorise.

Pour exemple à Paris, il est interdit de distribuer des flyers à :

Place de l’Etoile / Avenue des Champs Elysées / Grands boulevards (de la place de la Madeleine à la place de la République) / Rue de Rennes (de la place du Québec au Boulevard du Montparnasse)  / Boulevard Saint Michel (de la place Saint Michel au Boulevard du Montparnasse) / Place Henri de Montherlant  / Rue de la Légion d’Honneur.

Et… Dans les zones piétonnes, Dans les jardins publics ,au cours des manifestations sportives

Cela laisse peu de place pour une communication massive…

Pour Lyon, la distribution de prospectus et de tout autres objets publicitaires est interdite (sauf demande exceptionnelle auprès de la mairie) de 11h à 19h sur :

Street Marketing (Agence IZI Event) flyer foire de Lyon

Rue de la République / Place de la République / Place Le Viste / Place Bellecour / Rue Victore Hugo / Rue de la Charité / Place des Cordeliers / Place de la Bourse / Place des Terreaux / Rue de Brest / Rue Paul Chenavars / Rue Saint Jean / Rue Lainerie / Place Ampère / Quai Victor Augagneur / Quai Général Sarrail et Rue Vauban…

Nous avons pourtant tous vu, ou même reçu des cartes de visites, goodies ou autre… dans ces rues. Car même s’il existe beaucoup de lois pour interdire, les sanctions ne se font pas toujours.

« J’ai le droit de distribuer des flyers à + de 15 mètres d’une gare. »

Oui, si l’on choisit ses mots. La plupart du temps, il est interdit de le faire « aux abords » des gares, aéroports … Si l’on juge que les abords sont compris entre 0 et 12 mètres, alors notre opération de street-marketing peut se poursuivre. (Actuellement rien n’est clairement stipulé d’après la législation sur ces « abords » et ce vide juridique permet de « jouer avec la règle. »)

La ville de Grenoble, avec une mairie écolo, a crée une Charte du bon diffuseur qui permet au annonceurs de montrer leur compréhension du cadre mis en place et leurs bonne intention en respectant ce cadre. Charte du bon diffuseur simplifiée GRENOBLE

Inversement, à Annecy il sera très difficile d’organiser un évènement ou une opération de street marketing.

Au niveau du digital

« J’ai le droit de demander à ma communauté FaceBook de liker/partager ma page ! « 

« Participez à notre concours, Liker ce post, notre page et partagez-la ! »

Non, c’est Interdit.

Interdits

Il ne peut en aucune façon être demandé un partage lors d’un concours, que ce soit sur le profil du participant ou sur celui d’un ami.

Mettre un « like » de page comme critère de participation obligatoire.

Possibilités

On peut encourager les participants à aimer et/ou commenter la publication (notamment en taguant un ami).

On peut aussi leurs demander d’envoyer un message à notre page pour qu’ils nous transmettent leurs coordonnées (prise d contact directe)

Enfin il est également possible de les faire publier des informations sur notre page (photos, vidéos, textes …)

 

 

Devoirs

Il est indispensable de préciser que Facebook se dégage de toute responsabilité en cas de contentieux,  et qu’il n’est pas organisateur du-dit concours. Pour cela le règlement du concours (qui doit être transmis ou consultable par l’ensemble des participants) doit contenir 2 éléments  :

une décharge protégeant Facebook dûment remplie par chaque participant, et une mention que la promotion n’est pas gérée ou parrainée par Facebook.

Vu à  la TV !

« Je peux demander à la chaine d’augmenter le son de ma publicité TV ou le son de la télé des spectateurs. »

Oui et Non.

Il existe une marge de manœuvre sur chaque fréquence entre l’amplitude initiale et

l’amplitude maximale autorisée.

Pub TV Son Com'ONEn jouant sur l’opération de compression dynamique du son, qui consiste à relever l’amplitude des fréquences qui sont utilisées en dessous du niveau maximal, on augmente significativement l’intensité perçue sans « augmenter le son » de l’appareil. Cette démarche est cependant de moins en moins utilisée car très mal perçue, mais de nombreux annonceurs la demandent.

« Je peux faire une coupure pub de 15 minutes toutes les heures sur ma chaine TV. »

Non !

Sur les chaînes diffusées par voie hertzienne terrestre (c’est-à-dire la TNT), le temps maximal consacré à la publicité est limité à neuf minutes par heure en moyenne quotidienne et à douze minutes pour une heure d’horloge donnée.

Exception : les nouvelles chaînes de la TNT bénéficient de règles allégées pendant un délai de sept ans.

De plus, depuis le 5 janvier 2009, les chaînes de France Télévisions (France 3 Régions exceptées) ne doivent plus diffuser de publicité de marques de 20 heures à 6 heures du matin.

« Cinéma »

« Je peux faire la promotion de mon film à la télé lorsqu’il est à l’affiche. »

Non.  La publicité pour un film en cours d’exploitation en salle ou en passe de l’être est interdite sur les chaînes de télévision, à l’exception des services de cinéma distribués (Application VOD, chaînes spécialisées…)

La radio :

Média souvent oublié mais toujours très actuel, bien qu’ancien, selon la cible. On ne peut néanmoins pas faire autant de publicité qu’on le croit.
(Même si entre chaque morceau de notre radio favorite nous avons l’impression de devoir écouter la publicité Carglass® !)

Pour chaque antenne, le temps maximal consacré à la publicité ne peut excéder :

Radio

17 minutes par jour en moyenne par trimestre civil ;

30 minutes pour un jour donné ;

– 3 minutes par jour en moyenne annuelle entre 7 heures et 9 heures ;

– 8 minutes pour un jour donné entre 7 heures et 9 heures ;

1,30 minute pour chaque séquence de messages publicitaires entre 7 heures et 9 heures.

Le Cas délicat du Tabac.

« Je peux faire la publicité de ma marque de tabac si je ne cite que les origines et la qualité des matières premières. »

Non, la loi du 10 janvier 1991, dite loi Évin, dont les dispositions sont aujourd’hui intégrées au Code de la santé publique, a introduit une interdiction globale de publicité et de propagande en faveur des produits du tabac.

La délibération du 17 juin 2008 relative à l’exposition des produits du tabac, des boissons alcooliques et des drogues illicites à l’antenne édictée par le Conseil reprend cette interdiction générale.

Cependant, cette interdiction peut être écartée pour permettre aux diffuseurs français de retransmettre une épreuve de sport mécanique se déroulant à l’étranger et comportant des panneaux publicitaires en faveur de produits du tabac.

Lors de l’apparition de la cigarette électronique, il a fallu énormément de temps à la législation pour statuer sur les possibilités de communication de ce nouvel arrivant. Nous avons donc pu voir quelques publicités digitales et télévisées dont voici un des exemple les plus épurés.

Depuis les e-cigarettes et leur communication sont bien plus surveillées et régulées.

Alcool à la cool ?

 « Lorsque je vend de l’alcool je dois obligatoirement  mettre « À consommer avec modération » ! »

Et bien, non.

Sauf cas particuliers, les publicités doivent comporter un message sanitaire préventif « L’abus d’alcool est dangereux pour la santé ». La mention « À consommer avec modération » installée par l’usage n’est pas réglementaire.

De plus la loi limite les contenus des publicités en faveur des boissons alcooliques à leurs éléments dits « objectifs » (origine, description, mode de consommation, etc.).

Il est possible de présenter le produit et ses caractéristiques sans pour autant « inciter » à la consommation.

La publicité à la télévision pour les boissons comprenant plus de 1,2 degré d’alcool est interdite.

 

Caramel au beurre salé

On finit en vous rappelant de ne pas manger trop gras, trop sucré et trop salé ! (Dommage pour les bretons et leur trio gagnant !)

L'incarnation, personnification de marque et mascotte - Com'ON

L’incarnation de marque, les mascottes star de personnification marketing

L’incarnation ? Mais qu’est-ce que c’est exactement ?

Il s’agit pour une marque, un produit, voir un service, de se retrouver personnifié, dans un personnage, réel ou imaginaire.

D’accord mais la personnification, c’est quoi ?

C’est une représentation de l’intangible en « quelque chose » d’aspect humain ou approchant. Une des personnifications les plus connues est celle de la Mort (concept, somme toute assez flou) sous l’appellation de Faucheuse : squelette affublé d’une cape et

tenant une faux.

Danonino, Mascotte pour enfant de Danone

Pour une marque, cela pourrait être le fameux Georges Clooney pour Nespresso, incarnation du café noir, corsé et élégant … mais nous nous intéresserons ici plutôt aux mascottes telles que Danonino pour Danone® ou Monsieur Propre®.

À quoi cela sert-il ?

L’intérêt pour une marque est alors d’exister sur un autre plan qu’en magasin ou en tant que produit. La marque existe au travers et par ce personnage, il peut donc (comme la marque) mourir, grandir, changer ou renaître.


On peut se rappeler du Lapin Nesquik (bien qu’il soit un peu absent ces derniers temps) qui lui-même avait remplacé la mascotte Grosquik qui n’était plus « culturellement dans son temps ». Grosquik est donc parti en vacances prolongées et l’image de la marque s’est vu modifier en même temps que sa mascotte.

Les marques utilisent ce procédé depuis longtemps et les habitudes changent en communication. Catherine Veillé, Directrice Générale chez Ipsos Insight Marques pensent que « les marques s’incarnent aujourd’hui différemment, de façon plus palpable, plus réaliste et de façon plus proche avec le consommateur. » « [Elles] rentre[ent] dans l’intimité du consommateur, lui parle[nt] de lui et de la relation qui les lie »

Le temps de l’incarnation de la marque en un personnage représentatif mais trop éloigné du quotidien des consommateurs touche progressivement à sa fin. Le Bibendum de Michelin® (ou comment montrer le produit de façon « sympathique », Pneu + Pneu + Pneu…) et le Géant vert de la marque éponyme ont eu leurs heures de gloire, mais le marché tend à s’éloigner de ce modèle.

 

Catherine Veillé poursuit en discernant 4 grands modèles de mascottes actuelles.

Premièrement la «  mascotte pocket qui joue un rôle d’accompagnateur, de coach ». Son action de conseiller est donc tout indiquée pour les banques et assurances. Nous ne sommes donc pas surpris de trouver Crédito, qui incarne la marque Cetelem®, dans cette catégorie. (À noter que le personnage emblème est devenu si connu que la marque se permet même de s’auto-parodier dans sa communication).

Crédito, incarnation de Cetelem

Cette utilisation de la personnification permet de raccourcir le cheminement jusqu’à la marque avec une juste familiarité et connivence.

Puis vient la mascotte organique, « le prolongement de soi, qui joue un rôle d’implication forte du consommateur. » On peut se rappeler de la campagne « Coup de pouce » de la Société Générale® . Cette catégorie tombe quelque peu en désuétude aujourd’hui, remplacée par un prolongement de soi plus digital. La rapidité de l’essor de la technologie et surtout la façon qu’on eu les marques de s’en emparer ont eu tôt fait d’enterrer, selon nous, les mascottes organiques.

 

La « mascotte nostalgique qui joue sur la corde affective du consommateur » de Catherine Veillé a également eu droit à un lifting numérique version pré-2020. Ainsi le chat blanc de Feu vert® (qui jouait, on ne peut le nier, énormément sur l’affectif, et ce, avant l’engouement du net pour les chats) n’a désormais plus un vrai poil sur le corps. L’emblématique Monsieur Malabar® a laissé sa place à un autre félin, le chat 3D MaBulle, et même Monsieur Propre® s’est remis au gout du jour. Ce passage n’est pas toujours aisé et de nombreuses enseignes ne parviennent pas à prendre ce virage et reste en retrait encore à ce jour. Les différentes marques de céréales telles que Chocapic®, Frosties® ou le Professeur Weetos® illustrent bien ce phénomène

 

Dernière vision de la Directrice Générale d’Ipsos Insight Marques, « une mascotte leader qui rassemble, fédère, [représentant] l’hystérie collective » sous l’exemple du duo de 118 218®. Plutôt représenté aujourd’hui sur les réseaux sociaux par la mascotte « friendly » qui anime la communauté.
Comment passer à côté des Fruits d’Oasis® et des éternels M&M’s® ? Leur présence digitale seule suffirait à les installer dans le quotidien des consommateurs, et l’univers crée par et pour ces incarnations (le jeu de mots et les chansons pour Oasis et l’univers clairement inspiré du cinéma pour les publicité M&M’s) qui reste cohérent leur permet de continuer d’exister là ou d’autre périclitent.

À cela, s’ajoute, selon nous, une dernière catégorie, celles des mascottes animales, qui prolifèrent ces derniers temps. Les Furets des assurances lesfurets.com®, le hibou de TripAdvisor® (le logo est devenu l’incarnation), leLinx® qui aura l’œil pour trouver ce qu’il nous faut… Des animaux totems, comme pour représenter les attributs naturels que nous avons perdus. Pour rechercher le meilleur, faisons confiance à notre instinct primaire et qui mieux que des animaux pour utiliser leurs sens en toute honnêteté et simplicité. Cette utilisation de l’incarnation animale est là pour insuffler de la confiance en l’enseigne. Il en va de même pour Les2vaches® qui sont à la fois productrices du produit final et ambassadrices de la marque.

 

L’incarnation est un procédé efficace pour porter les valeurs d’une enseigne ou pour prouver les avantages d’un produit mais il faut ensuite entretenir le personnage et savoir gérer une « seconde image ». Cerise de Groupama® a, par exemple, changé de visage (d’actrice) un peu trop souvent pour qu’un attachement fort se créé et cela montre inconsciemment une certaine inconstance auprès du public.

L’époque tend à représenter de moins en moins de produits tel quel, comme l’incompréhensible Caprisun® ou même l’ours bleu de Butagaz® (qui pourrait avoir un côté rassurant en utilisant les attributs de la peluche : douce et chaude, mais qui se révèle presque plus embêtant qu’utile dans leurs communication).

Enfin une dernière pensée pour Ronald McDonald’s (and Co) qui ont totalement disparus du paysage médiatique ! (au profit du Happymeal humanisé…) 😉

Etudes de cas IKEA Com'ON

La passionnante histoire d’IKEA. Etudes de cas de Com’

Petit retour sur les 10 dernières années de publicité d’IKEA à travers leurs spots TV phares ou comment le numéro 1 du meuble en France se maintient ?

Petit historique

Pour ceux qui se poseraient la question, IKEA est l’anagramme de Ingvar Kamprad Elmtaryd Agunnaryd . Ingvar Kamprad étant le nom du fondateur de la marque, Elmtaryd le nom de la ferme de ses parents et Agunnaryd celui de son village. Les couleurs du logo, quant à elles, font référence au drapeau suédois.

Le groupe existe depuis 1943, à l’époque celui-ci vendait de nombreux articles très variés : fournitures, meubles, papeteries …

Le premier catalogue IKEA est publié en 1951, 250 000 exemplaires uniquement sont édités et ils le sont sous forme de 9 pages de pubs.

Aujourd’hui, le catalogue, est le troisième ouvrage le plus publié au monde après la Bible et le Petit Livre rouge.

C’est en 1955 que l’entreprise construit et design ses propres meubles. Arrive, en 1956, l’idée qui bousculera tous les codes : vendre les meubles en kit = moins cher à fabriquer et plus facile à stocker.

Selon les versions le concept aurait germé dans l’esprit d’Ingvar Kamprad suite à :

Soit la suggestion d’un bon client, un peu pressé, qui lui aurait demandé, pour plus de facilité de transport et de rapidité, de lui laisser le meuble à monter lui-même.

Soit en voyant un employé démonter les pieds d’une table pour la faire rentrer dans une voiture de livraison.

En découle toute une nouvelle façon de penser les magasins, comme des appartements témoins à reconstruire soi-même.

Un parcours est mis en place de sorte que le visiteur / consommateur doive arpenter l’ensemble du magasin de manière bien définie, de quoi favoriser et faciliter l’achat d’impulsion.

Comment ajouter encore (et toujours) plus de convivialité ?
Avec la mise en place de services annexes, animations, garderies et … cafétérias; qui n’ont jamais été rentable pour IKEA mais qui continuent d’exister dans ce but bien précis.

Ce positionnement étant mis en place, voyons quelle en a été la traduction au cours de la décennie dans la publicité du groupe.

La première tend à démontrer les prix réduits d’IKEA (possibles grâce au principe du meuble en kit), qui sont restés accessibles, malgré une notoriété et un chiffre d’affaire grandissant.
Une image (ou une vidéo) vaut mieux que 1000 mots et je vous laisse donc re-découvrir ce spot qui , comme tous ceux de la marque, résume très bien la vision de l’enseigne scandinave.

 

IKEA possède une image d’une marque « friendly », des employés décontractés (et décomplexés ?), ce qui se retrouve également dans sa communication.

Attention, petit air dans la tête dans 3…2…1…

Décomplexé (Njut) 2011

 

Une autre des forces d’IKEA est d’avoir su rester connecté et à la pointe, souvent utilisatrice de l’art du « troll » (ou en étant « trollée » elle-même… nous y reviendrons plus bas).

Ainsi, dès 2014, IKEA proposait son catalogue en réalité augmentée, quelques années tout juste avant l’explosion de cette technologie.

 

Nous arrivons ici aux deux dernières années, et découvrons une nouvelle force de la chaîne : Des spots actuels, qui mettent parfois le doigt sur quelques sujets qui font mal, et des spots qui se renouvellent !

Ainsi en 2016, un film mettait en scène une famille divorcée , oui, c’est assez rare pour le souligner (une de premières fois où j’ai pu l’observer dans un spot TV), avec un jeune garçon malicieux.

Des coquillettes… 2016

Toujours en 2016 et toujours avec un jeune garçon, Ikea nous émeut avec une relation mère-fils tout en finesse.

Mon fils 2016


Illustration équivoque de passage générationnel, nouveaux consommateurs compris et imagés dans leurs com’.

Des spots vidéos qui se succèdent assez rapidement (nouvelle tendance de communication de grands groupes ? ) et avec brio, comme dans la toute nouvelle campagne en slam, Place à la vie.

Place à la vie, place à IKEA, qui avance toujours… Les nouveaux « messages » des campagnes restent cohérents avec la direction qu’a emprunté la marque. On ne se sent donc pas forcément perdu mais, que l’on aime ou que l’on aime pas un spot… Un autre viendra rapidement le remplacer.

Il devient alors très difficile de ne pas aimer IKEA !

Face à la TV,  le vendeur de meuble n’en oublie pas pour autant le digital avec des vidéos dédiées, des rebonds sur l’actualités …

Voici donc celle qui est arrivé dernièrement sur le Youtube de l’enseigne avant de débarquer à la télévision.

La poursuite de la campagne « Place à la vie » mise en place dernièrement, avec ici, un petit twist de fin qui permet de donner une légère saveur au spot et qui exprime la côté familiale que la marque aime à partager.

Sac IKEA Balenciaga comparaison

Pour le troll, on se souvient du déchainement des internantes à propos de la ressemblance du sac IKEA avec le sac Balenciaga et l’enseigne suédoise n’avais pas manqué de s’en réjouir. On comprend pourquoi,  quand les internautes se mettent à parler spontanément de nous pour nous « défendre », c’est que l’on à gagné !

 

Ikea présente son catalogue" à la apple "

Même si IKEA est parfois moqué comme dans la vidéo de Kit Kat ci-desous, la marque sait aussi manier cet art, comme lorsque qu’elle nous présente son nouveau catalogue à la manière d’Apple, avec des pages tactiles à faire tourner grâce aux empreintes digitales.
Impressionnant ! 😉

 


En conclusion, on peut dire que les avantages de la communication de la marque sont qu’ IKEA s’est placé dans les esprits, les mœurs et surtout les cœurs.

C’est ce qui donne cet aspect magique aux « Love Brand », elles deviennent souvent leader de leur marché et beaucoup se questionnent sur les raisons d’un tel succès. Peut-être parce qu’elle garde une cohérence dans leurs messages et leurs ligne de communication et qu’elle saisissent également les codes de leurs consommateurs.

Brand Celebrity , quelques exemples illustrés et cas précis

Utiliser une célébrité dans une campagne marketing peut-il être réellement efficace ?

Oui !
Si je dis  » What Else » , on pense instantanément à ©Nespresso et George Clooney.
Efficace donc ! … Mais sous certaines conditions.
Comme toujours, il faut jongler entre la teneur du message, la cible (qui est donc plus ou moins proche, ou en adéquation, avec la célébrité choisie) et l’enseigne en elle-même.

Car une star, ça ne se choisi pas au hasard, on ne peut juste compter sur une notoriété et se dire : « De belles images feront le reste !  »

Je prends pour exemple les nombreuses publicités de parfums qui prennent un nouveau visage à chaque campagne et tentent (avec plus ou moins de finesse) de nous plonger, avec cette célébrité, dans l’univers de la marque.

Célébrités dans les publicités de parfum - Com' ON

En 2015, Johnny Deep devenait l’égérie de la marque ©Dior dans un spot TV d’EAU SAUVAGE.
Publicité SAUVAGE DIOR Johnny DeepUn acteur plutôt en vogue (avec la saga Pirates des Caraïbes

notamment) mais … une personnalité au cœur de l’attention médiatique pour cause de violence conjugale. La notoriété de Bad Boy de Johnny Deep avait été choisie en ce sens mais en ce cas-ci, la publicité prend un sens bien plus sombre. « SAUVAGE » , en grosses lettres tout en se remontant les manches, prêt à « l’action ». Ajouter à cela l’incompréhension des fans de l’époque devant l’écran, voyant un homme tourmenté se perdre dans le désert et la question qui revient :  » Avait-il vraiment besoin de ça ? »
Un mauvais timing (et un mauvais choix ? ) pour cette publicité que l’on vous laisse redécouvrir.

 

 

Plus qu’une égérie, avoir un ambassadeur de marque peut sembler plus opportun. Une figure qui porte la marque et ses valeurs, toujours à contextualiser.

Nespresso George Clooney PubUn café noir, corsé et élégant, personnifié en la personne de George Clooney et son aura de dandy… poivre et sel, ne pouvait que fonctionner en France.

Une image qu’ont les consommateurs de café comprise et correctement adaptée. Associée à un slogan simple, facilement détournable par la toile, ou la marque elle-même, quand celle-ci invite Jean Dujardin (homonyme français de l’acteur Américain) à rentrer dans la publicité de leurs machines à expresso.

De même, Nespresso sait qu’ailleurs, là où la consommation est différente, les attentes sont différentes et c’est l’actrice espagnole Penelope Cruz qui représente mieux le café long, plus sucrée, consommé au États-Unis par exemple.

nespresso Penelope Cruz pub

 

Avant de terminer par notre coup de cœur de com’, notons qu’un moyen efficace d’utiliser une personnalité peut être le décalage.

C’est pourquoi nous avions pu voir en 2008 un Karl Lagerfeld dans une publicité pour le port du « gilet jaune« . Innatendu , (inespéré ?) la campagne à très bien marché et été pour l’occasion repris dans divers magazines de mode. La ©Sécurité Routière a su trouver une personnalité loin de son milieu qui montre efficacement (sans pour autant lutter réellement pour les valeurs de l’enseigne) la nécessité de la législation, le port du gilet était obligatoire depuis 2008.

Karl Lagerfeld pour la Sécurité Routière

 

Récemment, WildAid et The Nature Conservancy, a tourné une publicité afin de lutter contre la chasse, le braconnage et la vente de Pangolin (rien que ça oui !).
Depuis 2016, l’animal, cousin du tatou, est menacé et en janvier 2017 survient l’interdiction de le pourchasser. Malgré cela, les autorités asiatiques continuent de saisir des animaux (vivant ou non) mis en vente sur le marché noir.

Afin de toucher la population chinoise, c’est un acteur engagé et fortement apprécié en Asie du Sud-Est qui a été choisi comme porte-parole.
Ainsi, nous découvrons Jackie Chan dans un spot qui lui ressemble, l’homme a cultivé depuis longtemps le loufoque et les techniques de kung-fu dites de » l’homme ivre »  ( Zui quan pour les connaisseurs) on fait sa renommée. L’acteur est également à l’initiative de plusieurs fondations caritatives et à par le passé lutté pour la cause animale.

Personnalité appréciée de la cible : Check
Personnalité en phase avec le message : Check
Publicité en phase avec la personnalité :  Check
Publicité efficace : … à vous de juger !

 

Petit-Bateau-Article-Com'ON

Petit Bateau, tient bon la barre ! Une histoire qui dure…

Petit Bateau® Logo - Com'ON

Créée en 1920, Petit Bateau® est aujourd’hui fortement ancrée dans l’imaginaire collectif comme la marque de vêtements pour enfant à la fois solide … et impertinente.

Qui ne souvient pas du cri d’enfant à la fin de leurs spots TV « PETIT BATEAU ! ».

Avec Petit Bateau® on a envie (et on a le droit) d’être Pas Sage.

Des vêtement pour enfants fait vraiment pour l’utilisation que les enfants en ont. Merveilleusement illustré dans la très belle publicité de BETC que nous avons pu découvrir cette semaine.
Muriel Fagnoni, la Vice-Présidente de l’agence a tout à fait compris l’esprit de la marque : « Il s’agit d’une marque qui a vraiment compris les enfants, qui ne les a jamais considéré comme de minis adultes ou de petits mannequins »

 

Une communication qui tient ses promesses de vêtements solides et résistants. Un positionnement qui n’est pas choisi au hasard. En effet, si l’on parle de marin, de navigateur, de batelier, ce sont des métiers qui nécessitent des tenues robustes et à toute épreuve.

 

Une vie très active, mais une vie pleine de vraies actions, de vraies éclats (- de rires, – de voix, – boussures … ). La marque se ré-ancre dans le quotidien après la Mini Factory, qui mettait au cœur des préoccupations l’enfant en nous plongeant dans un monde qui nous à tous fait rêver à une période plus ou moins proche (selon l’état d’esprit que l’on garde ;P )

Cette promesse est tenue à 360° car depuis 2017, une appli Petit Bateau a été lancée et elle propose un nouveau tout service : Aider ses consommateurs à donner une seconde vie à leurs vêtements en organisant une revente à la pièce d’occasion.
Pari risqué pour «  Faites passer les Petit bateau » mais doublement gagné, car il illustre parfaitement le fait que les vêtements de la marque sont assez solides pour être prêtés, échangés, revendus entre générations.

Car le mélange des générations est désiré, on se voit enfant, on désir retrouver cette période heureuse et insouciante, ou alors l’offrir à nos propres enfants. On s’identifie dans les vidéos tournées (regard d’enfant, usine qui s’apparente à un lieux de travail…) et on a cette envie de retrouver cette état

petit-bateau-betc-publicité-affiche-jamais-vieux-pour-toujours-Com'ONCette constante dans la communication de l’enseigne lui permet de résister contre vents et marées et de conserver une place importante dans la tête des consommateurs, que ce soit pour habiller de jeunes enfants, ou des enfants plus âgés.
Car dans les année 90 , grâce en partie à Karl Lagerfeld qui fait porter un t-shirt de la marque par Claudia Schiffer sous son tailleur Chanel lors d’un défilé, Petit Bateau® à touché un public bien plus large.

 

Pour illustrer encore une fois cette stabilité, ce maintient de cap de la part de Petit Bateau® (au aussi un peu pour le plaisir …) redécouvrons ce spot de 1996 (on remarque que le choix des musiques reste également sur une même longueur d’onde) !Petit Bateau® Logo Bleu - Com'ON

Pourquoi aime-t-on les youtubeurs et les web réalisateurs ? 

Malgré leur nombre toujours grandissant, nous sommes bel et bien à un tournant de la vie des « acteurs » du net.

Ils sont sans doute ceux qui ont le plus tôt compris et expérimenté les méandres d’internet et ils occupent aujourd’hui les premières places dans les recommandations de Youtube, sont en première page des recherches Google et ils ont les pages faceboook ayant le plus d’abonnés.

Pourquoi aimons-nous les youtubeurs , les blogueurs et les web réalisateurs ?

Un des premiers facteurs, mais non des moindres, est qu’ils partagent une passion en commun avec nous.

Si l’on regarde une vidéo d’un critique de cinéma , c’est que l’on a de l’appétence pour le sujet, de même pour un tuto beauté ou pour un article de mode ou de voyage.

Cette flamme partagée entraîne donc un premier contact, souvent renouvelé avec l’univers de la personne que l’on découvre, qu’elle soit blogueuse, web-réalisatrice, actrice, vlogueuse ou youtubeuse …

Ici aussi, il y a un travail  de création qui est fait par la «  vedette », un choix de sujet, une ligne éditoriale et des contenus maitrisés.

On revient voir les nouvelles frasques, aventures, chroniques des fameux sélectionnés et c’est là un point important :

Nous passons du temps (libre en général) à les étudier, nous créons une relation (unilatérale ou non, via les commentaires et les rencontres) bien spécifique avec eux. Ils sont entrés dans notre quotidien et nos pratiques, jusqu’à ce que nous éprouvions de l’empathie pour, finalement, ces illustres inconnus.
En terme de temps passé, nous voyons plus notre youtubeur favoris que notre cousin éloigné qui n’habite qu’à une heure de voiture de chez nous.

Pourquoi y en a-t-il de plus en plus ?

L’outils internet est de plus en plus répandu, à tous les âges, et attire de plus en plus de personnes en recherche de carrière ou simplement de partage.

Les millennials , qu’en à eux (qui sont souvent perçus comme porteurs d’internet) ont le profil d‘entrepreneurs, ce sont des makers, autonomes (parfois autodidactes) et indépendants. Ils voient en leurs « idoles » des personnalités à respecter de part leur réussite et ils sont d’autant plus en accord avec le concept de communauté, de « faire ensemble » . Cette pensée du collectif entraîne leurs contributions : ils deviennent ambassadeurs, acheteurs, et parfois même actionnaires avec le crowdfunding pour soutenir des projets.

Nous avons dépassé la phase où l’on pouvait leur dire : « Bravo, continue ce que tu fais, j’adore ça ! »  on ne dirait pas ça à notre boulanger. Cette activité se reconnaît de plus en plus comme un métier à part entière.

Pourtant les médias plus « traditionnels » peinent à reconnaître ces travailleurs du web et leurs demandent souvent : « Et après… »
Et bien l’on se rend compte qu’après, les usages vont de plus en plus sur le net (notamment via le mobile) et que les consommateurs regardent beaucoup moins la télévision (grande cousine, et parfois tante aigrie des sites de vidéos).

On observe parfois de savants mélanges et des chaînes qui ont su saisir l’importance du net (canal + à l’époque de Bref, bien avant les sites de chaines, MyTF1, M6 replay …).

Néanmoins, selon une étude britannique, 85% des professionnels interrogés par Rakuten  ne savent pas « comment calculer l’impact » d’une star d’internet.

Alors que les milénials apprécient que les marques ne se prennent pas au sérieux, c’est dans l’humour que se révèlent le plus de youtubeurs et d’acteurs, qui préfèrent utiliser ce média , plus grand, plus facilitant , plutôt que les traditionnels (mais néanmoins excellents) théâtres ou films à petit budget.

Ce n’est donc plus une question, de nos jours, youtubeurs, blogueurs ou autres… sont de véritables métiers, et comme partout, ils y en a de bons et de mauvais, on peut changer de carrière en cours de route… Reste à savoir qui saura le mieux les intégrer à ses pratiques de communications.