Petit-Bateau-Article-Com'ON

Petit Bateau, tient bon la barre ! Une histoire qui dure…

Petit Bateau® Logo - Com'ON

Créée en 1920, Petit Bateau® est aujourd’hui fortement ancrée dans l’imaginaire collectif comme la marque de vêtements pour enfant à la fois solide … et impertinente.

Qui ne souvient pas du cri d’enfant à la fin de leurs spots TV « PETIT BATEAU ! ».

Avec Petit Bateau® on a envie (et on a le droit) d’être Pas Sage.

Des vêtement pour enfants fait vraiment pour l’utilisation que les enfants en ont. Merveilleusement illustré dans la très belle publicité de BETC que nous avons pu découvrir cette semaine.
Muriel Fagnoni, la Vice-Présidente de l’agence a tout à fait compris l’esprit de la marque : « Il s’agit d’une marque qui a vraiment compris les enfants, qui ne les a jamais considéré comme de minis adultes ou de petits mannequins »

 

Une communication qui tient ses promesses de vêtements solides et résistants. Un positionnement qui n’est pas choisi au hasard. En effet, si l’on parle de marin, de navigateur, de batelier, ce sont des métiers qui nécessitent des tenues robustes et à toute épreuve.

 

Une vie très active, mais une vie pleine de vraies actions, de vraies éclats (- de rires, – de voix, – boussures … ). La marque se ré-ancre dans le quotidien après la Mini Factory, qui mettait au cœur des préoccupations l’enfant en nous plongeant dans un monde qui nous à tous fait rêver à une période plus ou moins proche (selon l’état d’esprit que l’on garde ;P )

Cette promesse est tenue à 360° car depuis 2017, une appli Petit Bateau a été lancée et elle propose un nouveau tout service : Aider ses consommateurs à donner une seconde vie à leurs vêtements en organisant une revente à la pièce d’occasion.
Pari risqué pour «  Faites passer les Petit bateau » mais doublement gagné, car il illustre parfaitement le fait que les vêtements de la marque sont assez solides pour être prêtés, échangés, revendus entre générations.

Car le mélange des générations est désiré, on se voit enfant, on désir retrouver cette période heureuse et insouciante, ou alors l’offrir à nos propres enfants. On s’identifie dans les vidéos tournées (regard d’enfant, usine qui s’apparente à un lieux de travail…) et on a cette envie de retrouver cette état

petit-bateau-betc-publicité-affiche-jamais-vieux-pour-toujours-Com'ONCette constante dans la communication de l’enseigne lui permet de résister contre vents et marées et de conserver une place importante dans la tête des consommateurs, que ce soit pour habiller de jeunes enfants, ou des enfants plus âgés.
Car dans les année 90 , grâce en partie à Karl Lagerfeld qui fait porter un t-shirt de la marque par Claudia Schiffer sous son tailleur Chanel lors d’un défilé, Petit Bateau® à touché un public bien plus large.

 

Pour illustrer encore une fois cette stabilité, ce maintient de cap de la part de Petit Bateau® (au aussi un peu pour le plaisir …) redécouvrons ce spot de 1996 (on remarque que le choix des musiques reste également sur une même longueur d’onde) !Petit Bateau® Logo Bleu - Com'ON

Pourquoi aime-t-on les youtubeurs et les web réalisateurs ? 

Malgré leur nombre toujours grandissant, nous sommes bel et bien à un tournant de la vie des « acteurs » du net.

Ils sont sans doute ceux qui ont le plus tôt compris et expérimenté les méandres d’internet et ils occupent aujourd’hui les premières places dans les recommandations de Youtube, sont en première page des recherches Google et ils ont les pages faceboook ayant le plus d’abonnés.

Pourquoi aimons-nous les youtubeurs , les blogueurs et les web réalisateurs ?

Un des premiers facteurs, mais non des moindres, est qu’ils partagent une passion en commun avec nous.

Si l’on regarde une vidéo d’un critique de cinéma , c’est que l’on a de l’appétence pour le sujet, de même pour un tuto beauté ou pour un article de mode ou de voyage.

Cette flamme partagée entraîne donc un premier contact, souvent renouvelé avec l’univers de la personne que l’on découvre, qu’elle soit blogueuse, web-réalisatrice, actrice, vlogueuse ou youtubeuse …

Ici aussi, il y a un travail  de création qui est fait par la «  vedette », un choix de sujet, une ligne éditoriale et des contenus maitrisés.

On revient voir les nouvelles frasques, aventures, chroniques des fameux sélectionnés et c’est là un point important :

Nous passons du temps (libre en général) à les étudier, nous créons une relation (unilatérale ou non, via les commentaires et les rencontres) bien spécifique avec eux. Ils sont entrés dans notre quotidien et nos pratiques, jusqu’à ce que nous éprouvions de l’empathie pour, finalement, ces illustres inconnus.
En terme de temps passé, nous voyons plus notre youtubeur favoris que notre cousin éloigné qui n’habite qu’à une heure de voiture de chez nous.

Pourquoi y en a-t-il de plus en plus ?

L’outils internet est de plus en plus répandu, à tous les âges, et attire de plus en plus de personnes en recherche de carrière ou simplement de partage.

Les millennials , qu’en à eux (qui sont souvent perçus comme porteurs d’internet) ont le profil d‘entrepreneurs, ce sont des makers, autonomes (parfois autodidactes) et indépendants. Ils voient en leurs « idoles » des personnalités à respecter de part leur réussite et ils sont d’autant plus en accord avec le concept de communauté, de « faire ensemble » . Cette pensée du collectif entraîne leurs contributions : ils deviennent ambassadeurs, acheteurs, et parfois même actionnaires avec le crowdfunding pour soutenir des projets.

Nous avons dépassé la phase où l’on pouvait leur dire : « Bravo, continue ce que tu fais, j’adore ça ! »  on ne dirait pas ça à notre boulanger. Cette activité se reconnaît de plus en plus comme un métier à part entière.

Pourtant les médias plus « traditionnels » peinent à reconnaître ces travailleurs du web et leurs demandent souvent : « Et après… »
Et bien l’on se rend compte qu’après, les usages vont de plus en plus sur le net (notamment via le mobile) et que les consommateurs regardent beaucoup moins la télévision (grande cousine, et parfois tante aigrie des sites de vidéos).

On observe parfois de savants mélanges et des chaînes qui ont su saisir l’importance du net (canal + à l’époque de Bref, bien avant les sites de chaines, MyTF1, M6 replay …).

Néanmoins, selon une étude britannique, 85% des professionnels interrogés par Rakuten  ne savent pas « comment calculer l’impact » d’une star d’internet.

Alors que les milénials apprécient que les marques ne se prennent pas au sérieux, c’est dans l’humour que se révèlent le plus de youtubeurs et d’acteurs, qui préfèrent utiliser ce média , plus grand, plus facilitant , plutôt que les traditionnels (mais néanmoins excellents) théâtres ou films à petit budget.

Ce n’est donc plus une question, de nos jours, youtubeurs, blogueurs ou autres… sont de véritables métiers, et comme partout, ils y en a de bons et de mauvais, on peut changer de carrière en cours de route… Reste à savoir qui saura le mieux les intégrer à ses pratiques de communications.

Gucci créature du lac noir

Qu’est-ce qu’un parti-pris ? GUCCI en fait la démonstration !

gucci-casque

Le directeur de la création de Gucci, Alessandro Michele et le photographe britannique Glen Luchford nous offrent une petite retrospective du cinéma de genre des années 50-60.
Au programme : Planète interdite (1956) de Fred McLeod Wilcox, La planète des singes (1968) de Franklin J. Schaffner, L’étrange créature du lac noir (1954) de Jack Arnold, Le jour où la Terre s’arrêta (1951) de Robert Wise, 2001 l’Odyssée de l’espace (1968) du célébrissime Stanley Kubrick, Start Trek et j’en passe…

 

 


C’est toute une symbolique est une atmosphère qui nous sont proposées ici au travers des grandes histoires et aventures de le Science-fiction classique.
gucci planete des singesLes codes du cinéma porteurs de l’esprit de la marque ? 
Possible , mais le danger avec les parti-pris, c’est qu’on adore, ou qu’on déteste ! 
Ce n’est pas si aisé de recoller à l’image (quelque peu surannée) et à l’esthétique des films d’après-guerre. Cependant, en un coup d’œil, nous avons reconnu de quoi ils s’agit et quelle image on veut nous renvoyer. Alessandro Michele (le DA de Gucci) a étudié à l’Accademia di Costume e di Moda de Rome et son impact dans les récentes campagnes s’en ressent.

 

exclusively-explore-guccis-out-of-this-world-campaign-body-image-1500912029

Choix réfléchis car la marque Gucci possède une esthétique un peu rétro et elle aime jouer avec. Elle est néanmoins profondément ancrée dans notre époque et sait nous prouver sa modernité. On se rappelle leur surprenante campagne basée sur les memes qui était pleine de modernité.

 

GUCCI, parti-pris assumé et choisi avec soin. Une vidéo qui touche notre imaginaire et notre culture commune, pas forcément facilement accessible mais fortement reconnaissable.

Gucci campagne parti-pris chaussures

Enfin une utilisation de Drones qui vaut le détour

Une petite sélection de photos de drone qui ont été sélectionnées pour le 2017 International Drone Photography Contest et qui donne enfin la pleine mesure de l’art qu’il est possible de faire avec un drone.
Si c’est dans le 8ème art que doit se développer l’utilisation des drones, pourquoi pas !

drone loldrone rassemblementdrone roadphoto drone mauvephoto droneCoo-circus-kopie-1200x800Crédit :

Feelingmovie – macareuxprod – Martin Sanchez – Calin Stan – jcourtial